Inscrivez-vous à notre newsletter : Notre page Facebook
Potagers de France

Le Potager Florimont 

fermeflorimont.weebly.com

 Historique

Le potager et la ferme étaient eux-mêmes attachés au château de Villers-Châtel jusqu’à il y a 20 ans. L’ensemble appartient toujours à la même famille. La ferme est habitée et gérée par Bernard et Marie de Franssu. 

Le domaine avait été acquis par Victor Grenet de Florimond, l’arrière-arrière-grand-père de Bernard, en 1850. Son fils, Maurice, agrandit le château. Comme beaucoup d’aristocrates de cette époque, il s’intéresse aux progrès de l’Agriculture (c’est à cette époque que beaucoup d’écoles d’agriculture ont été fondées) et fait bâtir en 1885 cette ferme très moderne pour l’époque puisque toute en dur. 

Toute l’eau pluviale peut être recueillie dans des citernes, ce qui est précieux car le puits est loin. Aujourd’hui ces réservoirs sont utilisés pour arroser lorsque cela est nécessaire. 

Le potager clos de hauts murs a vraisemblablement été construit en même temps que la ferme compte-tenu de l’unité des matériaux utilisés ainsi que de la disposition. Le potager est en effet adossé à la ferme. L’on ne dispose malheureusement d’aucune archive concernant le château et le potager. L’on sait seulement qu’il a longtemps servi à nourrir les nombreux employés du domaine. 

Description actuelle 

Bernard et Marie de Franssu ont repris ce potager dans les années 1995. Ils ont rebaptisé la ferme (auparavant appelée la « ferme du château »), du nom de Florimont, des grands-parents disparus et dont la lignée s’est éteinte. Ils ont changé le « d » en « t », de façon à évoquer « le mont fleuri ». 

Etant pluriactifs et n’habitant pas sur place en permanence, ils conduisent ce jardin clos de murs essentiellement en verger. Ils défrichent le rectangle où était situé la serre, l’élevage de faisans et la pépinière, qui était devenue une véritable jungle. Ils sèment une pelouse sur le rectangle cultivé. 

Avec l’aide du Centre Régional de Ressources Génétiques, ils ajoutent des variétés locales de vigne (pour du raisin de table) sur le mur nord. Ils plantent également quelques variétés locales de pommiers sur un côté du tracé de l’ancienne allée et pour combler les trous du verger de poiriers. 

En 2015, le potager est nettoyé et fleuri, notamment avec des ronds de dahlias sur la pelouse, des dahlias dans l’allée de poiriers, des rangées de rosiers le long du muret, une allée de cosmos pour pénétrer dans le jardin, une couverture de capucines sur l’ancienne serre, etc.

En 2020, Bernard et Marie viennent habiter la ferme à titre principal. Ils conservent deux des ronds de dahlias sur la pelouse et Marie a l’idée de créer un potager mandala  sur l’ancien rond de dahlias, dont les tubercules avaient malencontreusement gelé. La pelouse est tondue de façon différenciée, de façon à dessiner des allées courbes qui mènent aux ronds de dahlias et au potager mandala, telles les tiges d’une plante. 

Les plantations respectent la symbolique des jardins mandalas, à savoir : 

- Au nord, symbole de l’Eau, plantation de légumes feuilles telles que salades, épinards, poireaux, etc. (couleur prédominante : vert) 

- A l’est, symbole de l’Air, plantation de légumes fleurs tels que choux-fleurs et autres choux (couleurs dominantes : bleu, blanc, pastel) 

- Au sud, symbole du Feu, plantation de légumes fruits tels que tomates, poivrons, courgettes, concombres (couleurs dominantes : rouge, orange, jaune) 

- A l’ouest, symbole de la Terre, plantation de légumes racines tels que carottes, navets, cèleris, betteraves (couleurs dominantes : marron, ocre, pourpre) 

- Au centre, symbole de l’éther : plante ou arbre allant vers le ciel (artichauts). 

Des fleurs sont ajoutées pour accentuer les couleurs symboliques, tout en tenant compte de leurs propriétés pour le potager.

Le but est de faire à la fois beau, bon et sain !